Bit Suprême

Ton cas sait me surprendre,
en dévotion.
Au large la contrebande,
et les frissons.
Un troupeau devant le stand,
me fait des faux.
J’trouve pas l’bouton, j’trouve pas l’bouton.

Lèche-vie, trime sur un train fantôme,
commet l’amour entre les trombes
d’humeurs acides, aux blanches colombes
feule un ultimatum atone.

Écumés les mutants griment,
un hectare en fuite.
Au bal carne-ivoire exhibent,
l’ombre des cimes.
La louve attend le verdict,
j’trouve pas l’enzyme, j’trouve pas l’enzyme.

Tas d’outrance assis en haut
la fosse à sillons flanche
scier les branches et rire au
terminal, cadavre étrange.

Au cul de la pyramide
les briques enfilent
des perles et des rétines,
osties du crime.
Carbone pour tous à l’air fibre,
lime invisible.
j’vois plus l’éclipse, j’vois plus l’éclipse.

Les doigts dans l’oeil du golem,
tactiles otages ambidextres.
Dés filés fiers d’être en miettes,
pitoyens du bit suprême.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *