Dessous

Des sacs d’os à gros seins
des vieilles moches à gros sacs
des michetons acrobates
des toxs aristocrates

en face

Épris par cœur, poches pleines de quoi
j’aime la souplesse en forme de soir.
Des gueules à verrou verrotent
les bouches d’or suçotent.
Vriller dans l’ombre, mes rayons brisent l’écorce
obligent le corps à l’amant clos, ouvrent les portes.

Mille chemins s’offrent aux jeux de l’art fauve
mais seul un mène au pot.
Riches et pauvres se paument en voulant tout trop vite
nymphes et faunes se pâment en allant doucement.

Bien sûr le temps s’achète, il faut dompter les heures
ne pas croire au bonheur de peur qu’il ne s’entête
aller de liane en lianes ou s’ancrer sans remords
fertiliser les ports où l’on choisit de naître.

Quand le champ des possibles est à portée de tir

Baiser à l’ancienne, doux murmures, aubaine
je parle à l’enfer, ardent damné
Ne sait-il que hanter ? Ne sait-il que luire ?
ne me dis pas merci avant d’être venu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *